47

La vraie stratégie d’Adobe

Adobe Max, la grand-messe annuelle d’Adobe, vient de se terminer. On a eu le droit à plein de démonstrations de nouveauté. Le mot principal de cette conférence a été Créativité. Adobe annonce des outils simples des services performants pour que vous puissiez vous concentrer sur l’essentiel. Votre créativité. C’est vraiment leur stratégie ?

 

La stratégie pour les clients – la partie visible de l’iceberg

La stratégie que l’on montre aux clients est une stratégie qui répond à leurs besoins. On parle donc d’outils, de créativité de services performants. C’est normal. Il faut donner envie au client de venir. Mais très souvent on ne parle pas de finance. On applique même des stratégies pour essayer de minimiser les coûts de ces outils ou services. On montre une partie visible de l’iceberg. Mais souvent il y a une partie cachée.

La stratégie pour les investisseurs – La partie cachée de l’iceberg

Il faut savoir que pour obtenir des informations sur le sujet j’ai dû appliquer des techniques d’espionnage industriel très développées. J’ai dû corrompre des employées. Certains de me agents craignent pour leur vie. Pas crédible hein 😉 La stratégie pour les investisseurs se trouve le plus souvent sur la page réservée aux investisseurs tout simplement. Vous pouvez y aller vous même si vous voulez.

Mais j’ai remarqué que très souvent, les trolls sur internet préfèrent lancer des rumeurs plutôt que de parler avec des faits. Moi je préfère parler avec des faits. Analysons un peu cette stratégie.

Le cloud, le cloud et le cloud

Pour beaucoup de gens le cloud c’est juste une espace disque. Mais le cloud c’est bien plus que cela. C’est un ensemble de services. Ça peut être en effet de l’espace disque, mais c’est aussi des logiciels et des services comme de l’intelligence artificielle qui va automatiquement mettre des mots clefs sur une photo ou vous proposer un développement pour la mettre en valeur.

La stratégie d’Adobe est basée sur 3 clouds

  • Le creative cloud. C’est tout ce qui va être créatif. On y retrouve Lightroom, Photoshop, mais aussi Première, After effect, Dreamweaver, Adobe XD, etc., etc.
  • Le document cloud. Là c’est tout ce qui est la gestion documentaire. On y retrouve évidemment Acrobat, mais aussi des choses liées à la signature électronique par exemple.
  • L’Expérience cloud. Là c’est autre chose. C’est un ensemble complet de solutions intégrées basées sur le cloud qui permettent d’acquérir une connaissance approfondie du client, pour construire des campagnes personnalisées pour livrer du contenu. Elle est belle cette phrase non ? Elle est d’Adobe 😉 je l’ai juste traduite.

Le creative cloud

C’est celui qui nous intéresse le plus.  En 2014 le chiffre d’affaires était de 1,8 milliard de dollars. 0,7 Milliard venait des licences perpétuelles et 1,1 des abonnements. En 2017 le chiffre d’affaires a grimpé à 4,2 milliards de dollars. La partie licences perpétuelle ne correspond plus qu’à 0,2 milliard de dollars. Les 4 milliards restant c’est lié aux abonnements. Donc  n’espérez pas qu’Adobe change de stratégie pour l’instant.

Adobe estime que la marché potentiel en 2020 peut être de 24 milliards de dollars. Comment Adobe pense atteindre ce chiffre ? En vendant plus de services aux utilisateurs actuels, mais aussi en captant de nouveaux utilisateurs. Plus de photographes amateurs avec le passage de LR ancienne version au nouveau. Mais aussi les migrations Photoshop élément. Plus d’utilisateurs mobiles payants avec des services comme le nouveau Lightroom CC. Il y aura aussi la création de nouveaux services pour attirer plus de clients dans le domaine de la vidéo par exemple.

Ce que l’on peut lire entre les lignes. (Attention cela n’engage que moi. C’est mon analyse).

Adobe parle d’Upsell. L’Upsell c’est assez simple à comprendre. Je prends une voiture je lui rajoute des options et je la revends plus cher. Là c’est pareil. Adobe va vendre plus cher ses services en rajoutant dedans des fonctions. Adobe parle aussi de croissance du ARPU à travers plus de services.  APRU ça veut dire Average Revenue Per User. C’est la somme dépensée par chaque client. Ça confirme donc qu’il y aura une augmentation des tarifs via l’inclusion de plus de services dans les offres

Adobe pense aussi attirer plus de photographes vers son offre et espère des migrations de Photoshop Element vers leurs nouveaux services. Donc moi j’en conclut que les utilisateurs de Photoshop Element ont du souci à se faire à moyen terme 😉

Comme Lightroom Classic n’est pas très cloud par rapport à Lightroom CC on peut imaginer qu’il y aura plus de fonctions cloud intégrées à Lightroom Classic ou plus de fonctions Lightroom Classic intégrées à Lightroom CC pour que les utilisateurs de l’un migrent vers l’autre. On peut par exemple imaginer un Lightroom CC qui n’enverrait vers le cloud que des aperçus pour que Sensei (le système d’intelligence artificielle) puisse faire son travail mais, que tous les RAW restent en local. L’avenir nous le dira. Pour l’instant c’est un peu tôt pour prédire la mort à court terme de Lightroom Classic. Et même si un jour il meurt on peut partir du principe que Lightroom CC sera au bon niveau pour faire une migration facile. Donc ce point la ne m’inquiète pas plus que cela

Le document cloud

Honnêtement celui-là ne m’intéresse pas trop. En plus il est plus faible en termes de chiffre d’affaires (5 milliards en 2020).

L’expérience cloud

Ça, c’est très intéressant, car Adobe mise énormément là-dessus. Le revenu actuel de cette branche est de 2 milliards de dollars. Et en 2020 Adobe voit un marché possible de 53 milliards de dollars. Il faut comprendre un peu plus ce qu’est ce service. Ce service va permettre du

  • Marketing axé sur les données en organisant et analysant de grandes quantités de données pour obtenir des informations marketing exploitables
  • Marketing mobile – créer, gérer, mesurer et monétiser les applications mobiles.
  • Expériences client – délivrer un contenu numérique personnalisé et pertinent.
  • Marketing cross-canal – livrer et mesurer les campagnes qui sont cohérentes dans tous les canaux de marketing.
  • Publicité programmable – automatisez l’achat d’annonces en fonction des données.

À mon avis les premiers à bénéficier de ces technologies ça va être Adobe eux même.  Si vous regardez les conditions d’utilisation du cloud.

  • Vous avez la possibilité de partager avec Adobe des renseignements sur la manière dont vous utilisez les applications pour postes de travail. Cette option est activée par défaut. Ces renseignements sont associés à votre compte Adobe. De cette façon, vous aidez Adobe à vous procurer une expérience plus personnalisée et à améliorer la qualité et les fonctionnalités de ses produits.
  • Nos systèmes automatisés peuvent analyser votre contenu à l’aide de techniques telles que l’apprentissage machine. Cette analyse peut avoir lieu lors de l’envoi et de la réception de contenu, ou lors de l’enregistrement de celui-ci. Cette analyse nous permet d’améliorer les Services. Je vous conseille d’aller voir ce que c’est l’apprentissage machine https://helpx.adobe.com/x-productkb/policy-pricing/machine-learning-faq.html

Donc très clairement Adobe va analyser les informations que vous échangez avec leur cloud pour améliorer leurs services. Ils ne s’en cachent pas.

La vision positive

L’abonnement cloud finalement ce n’est pas bien cher et j’ai beaucoup de services à ma disposition. Les prix augmenteront, mais tout augmente. Du moment que j’ai plus de services et plus performants ça ne me dérange pas. Adobe analyse ce que je leur envoie et je trouve cela bien, car ça leur permet d’améliorer les services qui me sont proposés et de me proposer des offres ou services adaptés à me besoins

La vision négative

Adobe m’oblige à partir vers le cloud et en plus ils se permettent d’analyser mes données pour essayer de me fourguer encore plus de services dont je n’ai pas besoin. Ils sont gonflés chez Adobe. C’est juste des gros… (NDLR pas de ça chez nous 😀 ). Cette vision est une spéciale dédicace aux quelques membres de la section Lightroom du forum Chasseur d’Image qui se plaignent en permanence sans rien proposer de constructif. Ils se reconnaîtront 😉 . Mais ça, je vous en reparle jeudi

Ma vision

Adobe a au moins le mérite d’être très clair sur sa stratégie. Ce n’est pas une ONG. Leur objectif c’est de faire le maximum de pognon.  Mais même s’il y a une partie cachée de l’iceberg il y a aussi la partie visible qui est une réalité. Les produits Adobe ne sont pas les plus mauvais. À titre personnel je ne suis pas trop pour les entreprises qui se gavent un peu trop et j’ai l’impression qu’ils se gavent un peu trop.  Mais je dois reconnaître que leur stratégie est claire, qu’ils s’y tiennent et qu’ils ont de fortes chances d’y arriver. Je vais peut être prendre des actions chez Adobe moi …


Tu aimes ce que je fais et tu trouves mes articles utiles. Participe à l’achat de matériel ou de services en rapport avec la photographie pour que je fasse encore plus d’articles ? Fais-toi plaisir !

Le document ou j’ai trouvé ces informations est ici

https://www.adobe.com/content/dam/acom/en/investor-relations/pdfs/ADBE-Investor-Presentation-October2017.pdf

47 Comments

  1. ok trés bonne vision du marché maintenant que les actions Total me paient une partie de mon km diesel .Je vais investir quelques euros sur Adobe ça me réduira mes frais d’abonné . Merci OuiOui du trés bon conseil.cdlt

  2. Bonsoir OuiOui, même si je ne laisse pas de message, je continue à suivre de loin le blog et le forum 😉

    Beaucoup de discussions qu’on peut voir sur le sujet en ce moment me font penser (si tu permets l’analogie) à ceux qui n’arrêtent pas de critiquer les programmes télés de telle ou telle chaîne : Eh les gars, vous avez aussi le droit de l’éteindre, et écouter de la musique, lire un bouquin (de photos de préférence 🙂 ou même sortir faire des photos 😀

    Il n’y a pas de mauvais choix, il n’y a que des choix qui répondent à nos besoins / attentes, et cela, tu l’expliques parfaitement. J’espère que beaucoup de ces personnes viendront lire ton article en espérant qu’ils comprennent le message

  3. Adobe fait certes de bons produits mais il enferme tout doucement mais sûrement ses clients dans sa toile. Tout cela donne l’impression qu’Adobe va utiliser ton contenu pour étendre son emprise sur ses clients en automatisant beaucoup. Avant c’était clair. Les photographes voulaient un logiciel répondant à leurs besoins, Adobe faisait, point. Aujourd’hui, son logiciel est bon, il s’attaque aux données du cloud pour faire du business. Adobe fait ce qu’il veut mais je préfère aller vers les logiciels libres comme Darktable et Gimp pour remplacer Lightroom et Photoshop. Avec Adobe actuellement ce qui est rompu c’est la confiance.

  4. Désolé, mais pour ma part je vais abandonner Lightroom (en licence acquise) que j’utilisais depuis la 1ère version) car comment fait on quand on a pas la fibre et qu’à la campagne où je me trouve le débit est faible. Je vais donc migrer soit vers Darktable (libre et proche de lightroom) ou Dxo qui était présent au salon de la photo et qui a bien compris les déçus de la politique d’Adobe.

  5. Je me suis abonné au Creative Cloud voila 1 mois, à l’annonce de la disparition de LR en licence acquise (que j’utilise depuis une bonne dizaine d’années).
    Cela me tarabustait depuis l’apparition de nouvelles fonctionnalités dans la version CC non répercutées sur la version propriétaire de LR.
    Je suis tout à fait d’accord avec ton analyse: premièrement j’ai certainement la chance de ne pas avoir à faire des choix dans mon budget pour les 12€ mensuels mobilisés.
    Ensuite il faut rappeler qu’il y a 10 ans, acquérir Photoshop CS5 coûtait 850€ et la MAJ annuelle 250€ soit au départ l’équivalent de 6 ans de location pour l’achat et chaque année avec la MAJ, l’équivalent de … 21 mois de location !!!
    La politique libéralissime d’Adobe (outre l’évolution du C.A. rapportée plus haut, il y a surtout celle des bénéfices, 339.6 millions de dollars en 2016 soit une progression de … 79% sur N-1 !!!) a de quoi heurter les photographes amateurs.
    Mais ne serait-il pas pire d’être entre les mains d’un groupe en mauvaise santé qui arrêterait son activité brutalement comme Capture NX2 qui a laissé beaucoup de nikonistes désarmés ou de Nick Collection abandonné par Google ?

  6. Ben oui, merci Ouioui pour cette mise à plat ! 😉
    En ce qui me concerne, je ne me suis jamais fait d’illusion et j’ai toujours considéré Adaube comme une société argentropique et non pas philanthropique ! :p

    Maintenant, effectivement, les questions que je me pose, sont clairement, quelles alternatives me conviendraient le mieux et seront elles viables à long terme où les sociétés en question finiront-elles par adopter les même stratèges de marketing car c’est très juteux !
    (car dans le cas où elle finiraient par faire la même chose, cela n’aurait pas grand intérêt de quitter Lr et Ps…)

    Après… Reste le retour à l’argentique ! :p
    Pas besoin d’ordi, ni du net pour ça et personne ne pourra collecter nos données en cours de route ! 😀

Laisser un commentaire