25

Mais qu’il est con ! C’est pas possible !

Ça, c’est sûr qu’il est con. Très con même. De qui je parle ? J’ai bien une idée et des noms à vous donner. Il y a ce gars-là, puis l’autre et la fille aussi qui m’a… mais pour une fois je parle de moi. Laissez-moi vous parler d’une petite mésaventure qu’il m’est arrivé lors de ma dernière séance en extérieur.

 

Le contexte

Me voilà parti avec mon matériel de studio pour faire une sortie sur le thème couleur d’automne avec la belle Leila. C’est la première séance que je fais en extérieur avec mon matériel de studio. La dernière je l’avais faite il y a trois ans avec mon pote Denis en 2016 lors d’un workshop à Annecy. Je fais une liste de ce que je dois emmener, je prépare mon matériel, je n’oublie rien, je rejoins Leila, on part vers un endroit avec une forêt, on trouve un joli petit chemin avec de belles couleurs d’automne et on commence le shooting. Tout se présente bien. Le temps n’est pas terrible, mais ce n’est pas bien grave j’arrive même à simuler le soleil avec un flash chose que je n’avais jamais faite. Je contrôle vite fait sur mon écran arrière, mais comme je vois mieux de près que de loin et que je ne retire pas mes lunettes ça me semble raisonnablement net.

La connerie

Je rentre chez moi, je décharge les photos et là, rien de net. Mais alors rien de rien. Un léger flou sur toutes les photos. Moi qui suis plutôt psycho rigide sur la netteté je suis dégoûté. Mais j’ai fait quoi pour en arriver à ce résultat ? C’est simple j’ai oublié que je n’étais pas en studio.

Le studio

J’ai fait pas mal de studio ces temps-ci. En studio la source de lumière principale vient des flashs. Le temps de pose est accessoire, car le vrai temps de pose vient de la durée de l’éclair du flash. Donc on y touche très peu. Moi je le mets à 1/200s et je n’y touche plus. Pour les Issos c’est pareil. On met a 100 iso et on y touche plus. En réglera simplement la puissance des flashs pour avoir la bonne exposition.

En extérieur

En extérieur le flash amène une lumière d’appoint. Il y a la lumière naturelle qui est là. Prenez par exemple cette photo.

  1. C’est un flash qui simule le soleil. Il est derrière Leila. Il éclaire sa chevelure et le sol au niveau de Leila.
  2. Il y a une octobox sur la gauche de Leila pour apporter plus de lumière sur elle
  3. Il n’y a pas de flash. Si cette partie est visible, ça vient de la lumière naturelle.

Mais elle est ou la connerie alors ?

Lorsque l’on travaille en extérieur on va exposer pour la lumière naturelle puis on va ensuite ramener la lumière d’appoint où on veut. Le temps était couvert et assez sombre. Je fais une première photo. 100 iso, 1/200s F/5,6 qui se retrouve très sous-exposée. Et là, je fais la connerie. Vous la voyez venir ? Si si. Ne faites pas comme moi. Réfléchissez un peu. 😉 Je descends à F/2,8, car je voulais de toute façon une profondeur de champ assez faible, mais mon objectif a 2,8 il est quand même plus mou qu’a F/5,6 et je baisse ma vitesse à 1/125s. Le problème c’est que je suis avec un 70/200 monté sur un appareil APS-C. Si on prend en compte le crop factor ça fait un 112mm-320mm. Et si on veut éviter le flou de bouger pour assurer il faut être à une vitesse double de la focale équivalente et donc être à 1/224 lorsque l’on est à 70mm et 1/640 a 200mm. Je me retrouve donc avec des photos molles à cause du F/2,8 et avec en plus un flou de bougé à cause du temps de pose trop long et de la lumière naturelle éclaire quand même mon sujet.

Ce que j’aurais dû faire

Ce qui aggrave la connerie c’est que j’ai changé tout mon matériel pour pouvoir faire des photos avec une synchro haute vitesse sur les flashs, mais j’ai zappé ce chapitre. Au minima j’aurais dû passer à 1/250s (ma synchro flash) et pour compenser j’aurais dû monter les Isos à 200 ou 400. Le bruit sur un 7DMKII est très acceptable à ces valeurs. J’aurais assuré les photos à 70mm et avec le stabilisateur et en faisant attention j’aurais pu avoir un bon taux de photos nettes à 200mm. Pour assurer complètement j’aurais dû passer mes flashs en Synchro haute vitesse, me mettre à 1/500s et passer à 800 Issos. Dans ce dernier cas la puissance des flashs est moindre et je n’aurais peut-être pas réussi à simuler un Soleil avec un simple flash cobra en haute vitesse

Comment j’ai réussi à livrer quand même un travail a peu prêt acceptable ?

J’ai été sauvé par l’IA. En l’occurrence Topaz Sharpen AI. Je vous avais parlé de ce soft. Comme j’avais fait ma vidéo pendant la période d’essais et que je continuais à recevoir des questions une fois que la période d’essai était dépassée j’avais demandé à topaz de la proroger. Et comme ils ont dû aimer ma vidéo, ils m’ont offert la licence. À gauche l’originale et à droite la corrigée en zoom 1:1

 

Conclusion

Faut que j’arrête de faire du studio et que je passe plus de temps avec de charmantes modèles en extérieur. Zut c’est sexiste. Alors avec de charmants modèles ça marche aussi.

grin

LeetchiTu aimes ce que je fais et tu trouves mes articles utiles. Participe à l’achat de matériel ou de services en rapport avec la photographie pour que je fasse encore plus d’articles ? Fais-toi plaisir !

 

 

25 Comments

  1. Je ne suis pas complétement d’accord avec les conclusions de votre article.
    On peut très bien être net au 1/200 mais il faut stabiliser sa prise de vue. Cela n’aurait pas du poser de problème surtout que la modèle est statique avec votre matériel suffisamment lourd pour être stable. Mais il ne faut pas avoir la tremblotte.

  2. Quel est le mode de correction : sharpen ou stabilize, je suppose que ce n’est pas focus ?
    Est-ce que ces corrections s’additionnent ou est-ce l’une ou l’autre ?
    Cela dit, la carte graphique souffre lors de l’utilisation de Topaz Sharpen AI et le ventilateur tourne à plein.

  3. Après, comme a dit un jour un prénommé Henri : « la netteté est un concept bourgeois » ! lol

Laisser un commentaire