5

Fond papier vs fond tissu

FondComme dans mon studio j’ai installé des fonds papier, je me suis dit que j’allais vous en parler et vous faire un comparatif par rapport au fond en tissu que j’avais précédemment. Comme cela si un jour vous vous posez la question vous aurez un avis.

 

 

Mes différents fonds

Mes fonds papiers sont de la marque BD color. C’est en rouleau. Ça existe en différentes largeurs et en différentes longueurs. J’ai un noir, un gris et un blanc. Il faudra que je vous parle à l’occasion de l’intérêt d’avoir du gris dans un studio petit comme le mien. Ils sont fixés au mur grâce à un support mural.

Mon fond tissu est un fond pliable réversible blanc et noir de la marque Big.

Les principales différences

L’encombrement

Mon fond en tissu est pliable et ça se transporte un peu partout. Il n’est pas fragile. Déplié il fait 1m50 sur 2m. Plié c’est un rond d’1m de diamètre sur 2cm d’épaisseur. Les fonds en papiers sont des rouleaux de 2,72m et 10cm de diamètre. C’est assez grand. Ça ne se transporte pas facilement. En plus c’est du papier. C’est fragile. Donc généralement les fonds papier restent à demeure dans un studio. Maintenant si je veux les transporter c’est faisable. J’ai des trépieds avec une barre pour mon fond vert pour les vidéos et donc j’ai de quoi les utiliser en nomade

Absorption et réflexion de la lumière.

Les fonds en papier réfléchissent plus la lumière que les fonds en tissu. Voici par exemple un set simple avec un bol beauté et le fond proche du sujet. On remercie Roberto pour sa participation 😉 . Vous voyez que le fond est plus sombre du coté tissu.

Fond - Reflexion

Cliquez pour voir en grand

La texture

La texture du papier est assez fine alors que sur le fond tissu c’est assez grossier. Cela va se voir si vous éclairez le fond par exemple et que le fond est proche du sujet. Là c’est avec une gélatine bleu. Faut que je vous en parle de ces gélatines prochainement 😉

Fond - texture

Cliquez pour voir en plus grand

La couleur

C’est visible sur le blanc par exemple. Le rendu est plus froid sur le tissu.

Fond - couleur

Cliquez pour voir en grand

Alors ensuite on peut en faire des pages, mais vraiment c’est les quatre grandes différences que j’ai pu remarquer. Comme le grain est plus fin et que l’absorption de la lumière est moindre sur un fond papier vous allez pouvoir plus facilement créer des dégradés propres sur le fond papier qu’avec un fond en tissus. Ça fait tout de suite un peu plus classe.

grin

LeetchiTu aimes ce que je fais et tu trouves mes articles utiles. Participe à l’achat de matériel ou de services en rapport avec la photographie pour que je fasse encore plus d’articles. Fais-toi plaisir !

 

5 Comments

  1. Ton fond tissu d’1,50 m sur 2 m est tendu par son support. C’est beaucoup plus compliqué quand tu as des dimensions comparables à tes fonds papiers (2,70 m par 3 à 6 m selon la hauteur de ton plafond et les retour sur le sol).
    Et un fond tissus non tendu, ça fait des vaguelettes qui ne prennent pas la lumière de la même façon. Pour le transport, c’est effectivement pliable mais faut pas rêver, les plis sont bien visibles aussi si on ne peut pas tendre le tissu une fois le fond en place.

    • Je n’aime pas beaucoup les fonds vides et au contraire avec un fond tissu non tendu, on peut faire des drapés avec des différences d’éclairage qui créent un mouvement.
      On peut aussi faire un fond sans drapé pour des gros plans ou des plans américains.
      C’est plus difficile pour des fonds en pied.

  2. Je rejoins le commentaire précédent et en plus il faut tenir compte du coût car il faut les changer régulièrement
    GIB

  3. Pour avoir utilisé les deux sortes quand j’étais professionnel, je préfère les fonds en tissus car le papier est très fragile et on a vite fait de le corner et de faire des marques définitives.
    Dans mon cas j’utilisais du tissu de très grande largeur, comme les fonds papier, pour faire des photos de modèle en pied. On peut mettre le tissu par dessus un siège ou un pouf afin de le cacher.
    J’ai beaucoup utilisé des tissus teintés avec de grandes marbrures pour donner de la présence à l’arrière plan.
    J’ai utilisé du tissu noir aussi mais il fallait faire très attention à sa propreté, aux traces de chaussures et aux petits morceaux de polystyrène provenant des panneaux réflecteurs.
    On peut modifier la couleur des fonds en utilisant des gélatines de couleur sur le flash qui éclaire le fond à condition bien sur que l’éclairage principal du sujet ne bave pas sur le fond ce qui délave alors la couleur de la gélatine.
    Autant du temps de l’argentique un flasmètre était obligatoire, autant maintenant on peut s’en passer avec la vision direct du numérique. Bien surveiller quand même l’histogramme sur les visages pour éviter la surexposition.

Laisser un commentaire