5

Ne classez pas vos photos pour rien

CatalogClasser une photo sert à définir et identifier une photo. On appelle cela aussi le catalogage. Vous allez par exemple préciser le lieu de la prise de vue, l’année de prise de vue, le sujet représenté, etc. Sur le papier cela a l’air bien. C’est pratique on va pouvoir retrouver facilement une photo. Pas si sûr et en plus ça va être de votre faute 😉

 

 

La question qu’il faut se poser avant de commencer à cataloguer, classer, trier ces photos c’est pourquoi on le fait ? Pour avoir les choses bien rangées ? Ca ne sert pas à grand-chose. On n’est pas devant une armoire.

Le vrai but de tout ce travail c’est de retrouver facilement une photo. Et pour faire un travail de catalogage efficace cela va dépendre de deux choses principales

Le nombre de photos concernées par un sujet.

tasPrenons un exemple simple. Les oiseaux. Si vous avez dans toutes vos photos une cinquantaine de  photos d’oiseau il suffit sûrement d’associer le mot « oiseau » à vos photos. Suivant votre niveau de maturité dans le catalogage vous le ferez  en renommant la photo et en mettant oiseau dans le nom ou  via un mot clef dans les Métadonnées de la photo ou via un logiciel de catalogage). Bref vous aurez un moyen facile en faisant une recherche sur le mot oiseau de retrouver vos cinquante photos et ensuite visuellement de cibler celle que vous recherchiez.

Maintenant si vous êtes un amoureux des oiseaux avec 1000 photos le mot « oiseau » ne va pas suffire. Vous allez peut être utiliser une classification plus précise comme Galliformes, Procellariiformes ou Suliformes. Et si vous êtes un ornithologue avec 10000 photos vous adopterez sûrement une classification en plus précise comme Canard colvert, Puffin cendré ou Aigle criard.

Mais si vous n’avez que 50 photos d’oiseau, utiliser Canard colvert, Puffin cendré ou Aigle risque de ne pas vous aidez à cause de la deuxième chose

La précision de votre mémoire sur un sujet

memoryReprenons l’exemple des oiseaux. Vous avez 50 photos d’oiseau et le sujet ne vous passionne pas plus que cela. Vous partez en vacances dans le bassin méditerranéen. Vous voyez un oiseau. Vous en faite une photo. En rentrant chez vous, vous recherchez sur internet et vous trouvez que c’est un « Puffin cendré » autrement appelé un Calonectris diomedea. Et donc vous associez la photo avec le mot « Puffin Cendré ». Un an se passe. Vous discutez avec un ami et il vous montre une photo d’oiseau et vous décidez de lui montrer votre photo de « Puffin cendré ». Vous avez bien la photo en tête. Le seul problème c’est que, comme le sujet ne vous passionne pas, vous n’avez pas retenu que c’est un puffin cendré. Et donc vous partez à la pêche dans vos photos. Si vous aviez évité cet excès de zèle vous auriez associé la photo au mot oiseau et parmi les 50 photos trouvées vous auriez très rapidement retrouvé la bonne

On peut faire le même raisonnement sur les lieux de prise de vue. Il peut être beaucoup plus efficace d’associer la photo à un pays plutôt que de l’associée à une ville. Vous souviendrez vous dasn deux ans de toutes les villes que vous avez traversées en vacances surtout dans des pays exotiques qui n’utilisent pas l’alphabet latin moderne. J’ai un doute.

Conseil

Donc si j’ai un conseil à vous donner en catalogage c’est de ne pas appliquer le vieil adage qui peu le plus peu le moins.  Dans une photo il est possible de ranger plus d’une cinquantaine d’informations qui vont de l’information technique (marque de l’appareil, ouverture, temps de pose, résolution, etc) a des informations plus descriptives comme l’auteur, le pays, la région la ville, des mots clefs ou même le nom du modèle photographié et son âge. Donc choisissez des informations qui vous parlent. Personnellement j’ai une mémoire assez géographique. Je me souviens facilement d’un endroit et de qui était avec moi a ce moment la. Donc je me base sur le pays, la ville et l’année de prise de vue pour retrouver une photo. Et cela me suffit généralement pour retrouver rapidement une photo parmi les 20000 que j’ai. Mais c’est ma façon de travailler. A vous de trouver la votre en fonction de vos sensibilités et votre manière de raisonner. Mais rentrer toutes les informations possibles ne vas pas vraiment vous aider

Alors oui des fois il me faut un peu plus de temps. Ma mémoire me joue des tours. Mais si je passais plus de temps à rentrer plus d’informations j’en aurais moins pour vous écrire des articles. Avouez que cela serait dommage


Tu aimes ce que je fais et tu trouves mes articles utiles. Participe à l’achat de matériel ou de services en rapport avec la photographie pour que je fasse encore plus d’articles ? Fais-toi plaisir !

 

 

 

 

 

 

5 Comments

  1. Merci pour cet article complet et très intéressant !
    Apprendre la photo c’est comprendre les outils disponibles.

    Le catalogage est, je trouve, le plus compliqué et le moins abouti niveau logiciels.
    Le classement est important, l’usure des photos arrive très souvent.

    La photographie est devenue le moyen traditionnel de partage de souvenirs, d’échange
    d’ instants de vie, et de transmission de notre histoire personnelle et familiale.
    Or, nous sommes confrontés au vieillissement des images…craquelées, jaunies, endommagées ou à la qualité perfectible de certaines prises de vues.

    Les nouvelles technologies numériques offrent des possibilités étonnantes, presque infinies pour rendre à vos photos leur éclat d’origine ou une finition « pro » !

    Voici quelques opérations réalisables avec les logiciels que vous cités :

    Restaurer les photographies anciennes endommagées.
    Masquer les défauts tels que pliures, rayures, poussières, tâches…..etc.
    Améliorer l’exposition ou le contraste.
    Corriger un contre-jour ou l’ effet d’ un flash.
    Ajuster les couleurs de toute la photo ou d’un objet en particulier.
    Supprimer les éléments indésirables d’une scène (personnages, objets).
    Modifier une photo de groupe (ajouter ou retirer une personne).
    Retoucher un portrait (atténuer ou supprimer cernes, rides, boutons …..etc).
    Remplacer un arrière plan chargé par un autre mettant en valeur le sujet
    …………………………etc.

  2. je bosse avec Aperture mais la problématique est la même. Perso, je me suis limité aux information suivantes:
    > Module localisation pour toute les photos, j’aime bien pouvoir chercher toutes les photos a travers les année d’un endroit particulier
    > Structure propre au niveau dossier et nom des projets: Annees et tous les projets sont nommes avec yyyymmdd et un nom
    > mot clef limites a des besoins très précis: projet 365, une série particulière, etc…
    et pas plus car autrement ca prend trop de temps et me sers a rien 😀

    • Merci pour ton avis ;). Je ne connais par aperture mais je trouve que la structure « Dossier significatif » c’est trop long a gérer avec Lightroom. Donc perso c’est importation des photos dans une structure date automatiquement gérée par LR

      • Il n y a malheureusement pas de structure date automatique. Je pourrais importe dans des dossier non classes et apres faire des smart albums par date… Mais ca serait long a gerer.
        Mais je suis d accord que les dossier nommes sont pas ideal, ca demande de la discipline

Laisser un commentaire