12

J’ai testé le service de protection contre le vol IMATAG

Il y a déjà un petit moment un membre du forum nous avais demandé ce que l’on pensait de LAMARK. C’est un système de protection contre le vol de photos. J’ai donc contacté le site sans avoir de réponse et après 5 mois je reçois une réponse d’excuse me disant que le service que je recherche c’est plus IMATAG. Allez, voyons voir ce que cela donne.

 

Le concept

Le concept est assez simple. Vous chargez une photo sur leur site. Le site la modifie en rajoutant la protection puis vous téléchargez la photo protégée que vous mettez en ligne. Une fois en ligne, le système vous préviendra s’il trouve sur le Net votre photo. Vous pourrez alors vous retourner contre le voleur. Si vous prenez un abonnement vous aurez en plus une page de statistique.

Pour tester la puissance du marquage et voir à quoi il résiste, vous avez une page de test https://imatag.com/demo/watermarking/ . Vous verrez que ça résiste bien.

Le test

J’ai créé un compte, chargé une photo et j’ai ensuite demandé a mes contacts Facebook de la mettre un peu partout. Sur leurs sites, leur compte facebook, leur blog, etc.. Ensuite j’ai attendu le mail d’IMATAG me disant que la photo avait été volée. Le processus d’inscription, de chargement ou de téléchargement est très simple. C’est convivial.

Le résultat du test

Après une semaine j’ai reçu un mail d’alerte pour me signifier que ma photo avait été trouvée 3 fois sur le même site. Ce qui est étonnant c’est que la version sur ce site n’est pas une version protégée de la photo. Depuis rien. Pas une alerte. Cela fait un mois. Pourtant ma photo s’est trouvée sur plein de profils facebook, twitter, instagram et se trouve encore sur

https://blog.darth.ch/bad

https://www.facebook.com/jibephotos/photos/a.967773893321090.1073741827.967771339988012/1265406580224485/?type=3&theater

http://www.hautes-alpes-photos.com/galerie-photos/

http://pic.twitter.com/BSpxyWDDb1

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1767464656613718&set=a.652629118097283.1073741827.100000506035195&type=3&theater

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10213370134390418&set=a.10202530325401968.1073741828.1310658900&type=3&theater

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1532916776731501&set=a.170139409675918.34235.100000395796749&type=3&theater

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10213162566647586&set=a.2464401498216.2142193.1497614709&type=3&theater

https://500px.com/photo/213258035/vol-ouioui-photos-pour-test-by-david-%C3%89milie?ctx_page=1&from=user&user_id=5789334

http://thibautdaumont.com/ en photo de fond

http://www.christophemely.com/test_vol

https://www.chassimages.com/forum/index.php/topic,270281.0.html

Conclusion

À quoi sert ce service ? C’est un service pour éviter que l’on fasse une utilisation commerciale d’une photo sans l’accord du photographe. Donc le service va d’abord vérifier ceux qui font du commerce. Les journaux, les agences, les microstocks, etc, etc. C’est un service qui vérifie qu’une photo de professionnel n’est pas utilisée par un autre professionnel. C’est son but premier même si cela peut paraître réducteur. J’ai donc contacté IMATAG sur ce sujet et voici leur réponse :

les sites vérifiés en premier sont les sites professionnels, car les plus enclins à obtempérer lorsqu’un usage illégal est mis en avant. Mais nous scrutons progressivement tout le web, donc les sites non professionnels également, comme ils sont plus nombreux le résultat est moins rapide, ce qui n’est pas une volonté de notre part.

Le service est à destination de tous les photographes qui ont intérêt à vérifier si leurs photos sont publiées avec leur accord que ce soit pour une facturation ou être simplement crédité. C’est donc un usage plutôt professionnel (pour facturation), mais qui convient aux amateurs (qui souhaitent être crédités).

Donc mon test n’est pas concluant, mais je ne mettrais pas cela sur le dos d’IMATAG. Il n’est pas concluant simplement, car je ne fais pas de photos assez bonnes pour qu’un professionnel veuille me les piquer

12 Comments

  1. Cher OuiOui,
    Merci infiniment pour ta revue de imatag.com que nous prenons comme plutôt positive.
    Nous voulons juste clarifier quelques points.

    “Le concept : Le concept est assez simple. Vous chargez une photo sur leur site. Le site la modifie en rajoutant la protection puis vous téléchargez la photo protégée que vous mettez en ligne.”

    Pour être plus précis : le site modifie la photo pour inclure dans les pixels de l’image des meta-données. Cela sert à protéger la photo si les méta-données donnent le nom de l’auteur, la date de création etc. Mais, il n’y a pas que la protection qui compte. On peut trouver d’autres applications, comme la réalité augmentée : les méta-données donnent les détails sur la prise de vue, l’histoire derrière cette photo, le site perso du photographe etc.

    L’important est de comprendre que l’on crée un lien fort entre une photo et des méta-données. Plein d’usages sont à inventer à partir de ce produit.

    “Le résultat du test : Après une semaine j’ai reçu un mail d’alerte pour me signifier que ma photo avait été trouvée 3 fois sur le même site. Ce qui est étonnant c’est que la version sur ce site n’est pas une version protégée de la photo.”

    Exactement. Notre produit fonctionne grâce à deux technologies : la recherche d’images similaires (comme Google reverse Image search, Tineye etc) et le tatouage numérique (comme… heu… personne). La recherche d’images similaires compare l’image trouvée sur le site aux images dans notre base. Cela indique si notre système “connaît” a priori cette image. Si c’est le cas, on effectue une lecture du tatouage numérique pour retrouver les méta-données. Cela confirme que l’image sur le site est bien une copie de l’image dans notre base.

    Dans ton cas, les images du site sont en fait des copies de l’image originale (pas encore protégée). La recherche d’images similaires a été positive : le système connait a priori cette image. En revanche, la lecture des meta-données n’a rien donné, et pour cause, l’image sur le site n’est pas protégée. Pour nos futurs clients, Attention : c’est l’image protégée qu’il faut diffuser !

    Nous avons décidé d’envoyer les résultats des deux technologies à nos clients. C’est vrai que l’on pourrait notifier que les confirmations.

    “Pas une alerte. Cela fait un mois. Pourtant ma photo s’est trouvée sur plein de profils facebook, twitter, instagram”

    On ne crawle pas facebook, twitter, instagram, et à notre connaissance, il n’y a pas grand’monde à le faire… Les utilisateurs d’imatag peuvent suggérer des sites web à crawler. Nos premiers utilisateurs étant des photo-reporters, on crawle surtout la presse (site web et print) pour l’instant.

    Réponse à certains commentaires
    “Conclusion perso qui n’engage que moi ……. « c’est de la m….. ! Voici ce que trouve « Google image » : 3 pages de résultat, y compris des sites en langues étrangères.”

    On est bien d’accord que l’on compare David à Goliath, le pot de terre contre le pot de fer, une startup française de 4 personnes au géant de l’industrie numérique aux 80M$ de chiffre d’affaires annuel. Au final, perso, on n’est pas si ridicule. Et puis surtout, nous aimons la photo, nous défendons les droits d’auteurs, nous nous battons pour que les méta-données ne soient pas effacées (c’est le cas pour seulement 3% des photos dans les sites de presse française). Et cela, Google ne le fait pas… bien au contraire.

    Rien ne nous fait plus plaisir que d’avoir comme clients des photographes que nous admirons et de promouvoir des jeunes talentueux à travers nos Imatag séries.

    “La qualité du portefeuille des client de cette société ou d’une autre similaire me semble primordiale pour connaître le cœur de leur clientèle.” “Je pense que les amateurs experts ne sont pas du tout leur cœur de cible”

    Oui. Nos premiers clients sont des agences photo et des photographes indépendants professionnels. Mais comme dit plus haut, il n’y a pas que la protection dans la vie.
    Dans l’immédiat les fonctionnalités appréciés de nos utilisateurs sont les suivantes : avoir un portfolio public (une vitrine web sans les inconvénients de la gestion d’un site perso), publier des séries, livrer des clichés à des clients depuis un lien d’accès privé et géré… Le fait d’être sur un même site (en non des sites perso) augmente la visibilité des photographes et permet de mutualiser entre eux l’audience du moteur de recherche image.
    D’autres applications suivront (en particulier un éditeur en ligne de métadonnées).

    “Est-ce que tu as essayé de faire une analyse comparative avec des services tels que : Google reverse Image Search, Tinyeye, Pixsy”

    Google 14, Tineye 4, Pixsy 0. Mais ce ne sont que des images dites “similaires”. Sont-elles des copies exactes, des quasi-copies, des photo prises par NonNon le copain de OuiOui qui a pris la photo quasiment au même endroit et au même instant, la copie de la photo vendue à Paul ou celle donnée à Pierre ?
    Bref, sans le tatouage numérique, il est impossible de répondre à ces questions. Alors qu’avec Imatag, la réponse est définitive.

    Et puis pour finir. Je vole la photo de OuiOui, je fais un simple effet miroir (flip horizontal : la barque est maintenant à droite) : Google 0, Tineye 0, Pixsy 0 … Imatag: toujours ok !
    On n’est pas si ridicule 🙂

    Un petit tour sur notre blog pour voir un exemple pratique, réel, et quotidien :
    http://imatag.com/blog/2017/06/22/le-tatouage-des-photos-pour-proteger-les-ayants-droits-reportage/

  2. Conclusion perso qui n’engage que moi ……. « c’est de la m….. ! »

    Voici ce que trouve « Google image » : https://goo.gl/g283Jq
    3 pages de résultat, y compris des sites en langues étrangères.
    L’inconvénient c’est que ce n’est pas automatisé, il faut le faire manuellement image par image, c’est donc très chronophage mais c’est apparemment assez efficace.

  3. C’est très bien d’avoir essayé pour l’efficacité et la rapidité de la détection de copies éventuelles.
    Je reste perplexe sur le rapport gain potentiel / frais de poursuites selon que l’on se situe en droit national, européen ou international.
    La qualité du portefeuille des client de cette société ou d’une autre similaire me semble primordiale pour connaître le cœur de leur clientèle.

  4. Je suis un peu perplexe sur le résultat, je pensais pas que ça allait pleinement marcher mais je pensais que ce serait un peu plus efficace.

    • Si tu regarde ou a été mise la photo. A part quelques sites c’était du Facebook, de l’intragram, etc. Et la, ils ne peuvent pas chercher. Trop de volume. Donc ils doivent avoir une liste de sites privilégié (agences de presse, média, etc..) et c’est la dessus qu’ils doivent chercher

      • Est-ce que tu as essayé de faire une analyse comparative avec des services tels que :
        – Google reverse Image Search
        – Tinyeye
        – Pixsy

        Pour voir si leur taux de détection est meilleur ?

        • Honnêtement non. J’ai testé celui la car un membre du forum voulait connaitre notre avis. Perso si on me vole mes photos ca ne me dérange pas trop donc je ne vais pas trop creusé non plus 😉

Laisser un commentaire