25

OOP communication – La nouvelle société

J’ai décidé de monter une société. OuiOuiPhoto communication. Une grosse boîte, des agences à Londres, Tokyo et Kuala Lumpur. Nos clients seront Walmart Apple, Alphabet et Hassan Cehef. Les prochaines grandes campagnes de pub ça sera nous.

 

 

Plus sérieusement il m’arrive pendant mes temps libres de participer à des projets comme photographe (couverture d’évènements), vidéaste (réalisation de petits films promotionnels ou interview) et web designer et webmaster (réalisation et administration de sites web). Et pour être payé, il faut que je fasse une facture. Et pour faire une facture en France, il fait être une entreprise. Un particulier n’a pas le droit de faire une facture même si ensuite il déclare la somme sur sa déclaration de revenus.

Mon cahier des charges est le suivant. Je veux un système simple, je veux payer des impôts uniquement si j’ai des revenus, je n’ai pas prévu d’embaucher du monde.

Donc moi bêtement je me suis dit que j’allais ouvrir une entreprise comme micro entrepreneur et que j’allais ensuite facturer. Mais comme je suis prudent, je me suis dit que cela serait pas mal d’avoir l’avis d’un spécialiste. Dans le cas présent d’une spécialiste Joëlle Verbrugge. Si vous devez créer une société, n’hésitez pas à la contacter pour avoir un devis pour qu’elle vous conseille. Ça ne sera pas de l’argent perdu.  A la fin de ma discussion, je me suis dit que finalement ça n’allait pas être aussi simple que cela 😉

Quelle activité ?

Déjà il n’est pas possible juste de créer une entreprise. Il faut choisir l’activité que l’on va faire. Elle peut être artisanale, commerciale, industrielle ou libérale. Ensuite en fonction de l’activité il faudra s’inscrite au registre du commerce et des métiers (RCS) ou au registre des Métiers (RM) ou a l’URSAFF directement.

  • L’activité artisanale. C’est une activité indépendante ou avec peu de salariés. Il faut souvent un diplôme lié à l’activité. L’artisan produit des choses, les transforme, les répare ou fournis du service.
  • L’activité commerciale. Là pour simplifier on achète et on revend.
  • L’industriel on fabrique des choses.
  • L’activité libérale c’est de la fourniture de services .

L’activité artisanale ne me va pas. Je n’ai pas de diplôme dans le domaine. Commerciale non plus. Je n’achète pas pour revendre. Industriel non. Je ne produis rien de matériel. L’activité libérale semble donc la plus adaptée.

Quel métier ?

OK, mais ensuite je fais quoi comme métier. On ne peut pas simplement dire que l’on a une activité libérale. Il faut choisir ce que l’on fait. Certaines activités sont réservées à certains types d’activité. Un artisan photographe par exemple c’est forcément un artisan. Dans mon cas je vais faire quoi ?

  • Je vais faire des photos, mais ces photos sont de la matière pour créer des outils de communication
  • Je vais faire des vidéos. Mais la encore ces vidéos sont de la matière pour créer des outils de communication
  • Je vais faire de l’informatique pour créer et maintenir du site web qui sert à la communication d’une société

Mais je vais facturer quoi ? Droit d’auteur ? Non ! Du matériel : non plus ? Des Logiciels ? Toujours pas. Je vais simplement facturer mon temps. Je suis donc dans le cadre du service. Tout cela tourne donc autour de la communication en libéral.

Donc ça sera OOP communication qui fera du conseil en communication

Quel régime fiscal ?

Ensuite il faut choisi un régime fiscal. Dans le cas présent et comme j’ai déjà un autre métier, que je cotise déjà pour ma retraite que je suis déjà couvert socialement le statut de microentreprise est le plus adapté.

L’avantage de cette activité et de ce statut fiscal c’est qu’il suffit de s’inscrire à L’URSAFF et c’est gratuit. Si vous avez une activité artisanale par exemple en micro entrepreneur l’inscription au registre des métiers est gratuite, mais vous devez aller faire un stage de préparation à l’installation qui n’est pas gratuit. Il faut compter dans les 260€ . Voilà c’est réglé. C’était facile 😃

Mais au fait c’est vrai que j’ai déjà un boulot moi. Je regarde mon contrat et là, je vois une belle clause d’exclusivité. Ça veut dire que je n’ai pas le droit d’avoir un autre emploi sauf si j’ai une permission de mon employeur. J’avais déjà eu cette permission pour aller faire une formation Lightroom que je n’ai jamais faite donc je n’avais jamais utilisé cette possibilité et je n’avais jamais vraiment crée une activité officielle. Mais là c’est pour un autre domaine. Il faut donc que je lui redemande et que j’attende sa réponse.

Ça me permettra de vous faire un épisode 2 ou on parlera, ou pas, de la suite en fonction de sa réponse


Le pot communTu aimes ce que je fais et tu trouves mes articles utiles. Participe à l’achat de matériel ou de services en rapport avec la photographie pour que je fasse encore plus d’articles ? Fais-toi plaisir !

 

 

25 Comments

  1. bonjour
    effectivement il existe 2 solutions pour une activité d appoint…
    auto entrepreneur, mais obligation de le declarer à son employeur qui ne peut s y opposer pendant 1 an…..systeme simple pour la fiscalité au moins la premeire année…..
    utiliser les services d ‘une société de portage….salarial, certes cela a un cout…mais quand on compare tout…… pas sur que ce soit desavantageux

  2. Comme on encourage en France les gens de bonne volonté !!!
    Bon courage à toi OuiOui et pleine réussite dans tes entreprises.
    Encore merci de nous faire partager ton expérience.
    amitiés

  3. Partage intéressant;
    Je vérifierais quand même si les amortissements de matériels utilisés et quelques charges d’achats sont déductibles des revenus générés. Impact fiscal et social selon leur importance pour les charges sociales dues et l’impôt supplémentaire généré.
    C’est un bon résumé d’une des premières difficultés à résoudre pour entreprendre en France et les évolutions de statut ne sont pas gratuites.
    Bonne chance à OOP communication.

      • dans le statut de MICRO ENTREPRENEUR, il n’est pas possible de déduire les charges d’investissement, donc le matériel photo. En fait dans ce statu on ne peut rien déduire. C’est simple

  4. On comprend pourquoi Le statut de travailleur de couleur sombre a de beaux jours

    • C’est clair que pour une activité complémentaire de quelques heures dans l’année et un revenu négligeable par rapport a mon revenu principal c’est assez complexe 😉

  5. Marrant cet article tombe pile poil au bon moment, ce week-end on m’a proposé de me payer pour couvrir un évènement, sauf que ce n’est pas mon métier et que je ne pouvais pas facturer (et le « black » était exclu par le « client »).

  6. Bizarre ici aussi en belgique c’est le même problème.
    Il n’y a que pour faire de la politique, aucun diplôme n’est exigé.
    Vous pouvez faire de la consultance ou de la formation et facturé au forfait.
    Le plus simple ce serait d’intégré une socité étrangère qui facture et vous paye en retour pour un second boulot qui ne vous prend pas de temps sur votre activitée principale.
    A voir et bon courrage.

    • J’ai vu ce genre de truc pour les travailleurs indépendants mais comme l’état va me prendre déjà une bonne partie de la chose si en plus je file du blé a une société pour toute la partie gestion ca ne vaut vraiment plus le coup 😉

  7. bonjour,
    ton article est intéressant et il contient les éléments essentiels à connaitre avant de se lancer dans une activité professionnelle liée à la photographie.
    Comme toi, j’ai fait les même démarches il y a un peu plus d’un an avec deux spécialistes dont un de la chambre de commerce et d’industrie. ou commerce Dans les deux cas la solution retenue a ete la même. Le statut le plus approprié à l’activité de photographe, opérateur de prises de vue photo ou video est le MICRO ENTREPRENEUR.
    Il y a ses avantage non négligeables, lais attention le chiffre affaire annuel ne doit pas dépasser un certain plafond. Je crois qu’aujourd’hui il est à 40000 euros. Ce qui ne se réalise pas aisément j’en conviens. Autre chose à savoir, la domiciliation de la micro entreprise est le domicile et à ce titre l’année suivant la déclaration, il y a des impots locaux propres à payer.
    Attention aussi, avec ce statut de micro entrepreneur, on n’est pas photographe auteur; on ne peut donc pas officiellement vendre un phot,dans une galerie par exemple
    amicalement
    Michel

    • Le plafond n’est pas de 40.000 mais 70.000€ pour la presta de service, par contre au delà de 33.200€ il faut facturer la TVA (et bonne nouvelle on la récupère aussi passé ce seuil, la mauvaise nouvelle c’est qu’au delà de ce seuil il faut un expert comptable, donc on reperd la TVA récupérée en payant le comptable).

      Un artisan fait ce qu’il veux, y compris expo et vente en galerie (enfin juridiquement, car les galeries peuvent refuser les artisans s’ils le désirent).

  8. Les montagnes de l’administratif français ou, l’art et la manière de couper tant et tant de belles volontés d’entreprendre dans notre beau pays….GRRRR 🙁

    A côté de ça, chaleureux merci à toi pour toutes tes communications OuiOui 🙂

    • C’est clair que c’est pas super super simple. Il y a tellement de cas et d’options. C’est pour cela que se faire conseiller ou aider par un ou une pro me semble plus qu’important au début

Laisser un commentaire